Mon parcours de Maman

mon fils Jérémie

Je ne sais pas comment vous êtes devenues mères et quels ont été vos défis mais moi j’ai l’impression de l’avoir toujours été ! C’était incontestablement ma mission sur terre ! OH je ne suis pas une mère parfaite loin de là, mais je n’ai jamais eu peur des défis que cela impliquait.

J’ai ma fille aînée à 20 ans tout juste , amoureuse de son père , beau gosse de 21 ans , de l’allure , un avenir prometteur et des promesses plein bouche … Notre histoire a duré … 1 mois ! Elle fût terriblement passionnée et pleine de fougue et de jeunesse. Le truc c’est que je ne m’attendais pas à mettre en route ma petite boule d’amour ( ma fille aînée ). Lui a voulu que j’avorte sans ménagement mais je n’en était pas capable , j’étais plus capable d’être mère à 20 ans que de faire du mal à ce petit être niché au creux de mon ventre. Face à ma décision , il m’a donc abandonnée … me voilà donc fille mère à 19 ans et 3/4 , sans travail, sans appartement sans rien que l’amour que je porte à cet enfant . Je fais des petits boulots , je me fais hébergée puis trouve une place en foyer maternel. On en prend pas conscience combien c’est une grâce d’avoir ces lieux pour des filles perdues. Et mon amour pour ma fille grandit , je la porte en moi, elle me donne des coups de pieds , la fusion est totale . Je ne regrette pas le moins du monde ces débuts compliqués, j’ai foi en la vie et je donnerais tout ce que j’ai pour qu’on y arrive . Ma motivation est au maximum . Malgré une grossesse compliquée avec diabète gestationnel , je suis prête !

L’accouchement bébé 1 se passe ….( voir dans un prochain post sur mes accouchements ) siège par voie basse , bref peut mieux faire , sans compter sur un gynéco indélicat qui n’aura que faire de ma jeune anatomie et qui me fera une épisiotomie de 30 points de suture !!! Oui oui vous ne rêvez pas ! Heureusement mon excitation est à son comble, je fais fi des problématiques anatomiques ( j’en prendrais conscience des années après ) je suis MAMAN au bout de 12h 30 de travail et et rien ni personne ne peut m’ôter cette joie inégalable ! 3kg 420 de bonheur !Je voulais crier au monde entier que ma fille est née et que c’est la plus belle ! Je la gardais dans les bras non stop , je me faisais gronder par les auxiliaires de puériculture car je ne laissais pas selon elle ma fille tranquille ! Je n’ai pas allaité , cet accouchement fût tellement difficile que je voulais être tranquille dans mon corps , de plus à l’époque , l’allaitement n’était pas conseillé ! Je l’ai tellement regretté par la suite ! On m’a donc donné un médicament pour couper la lactation ( grosse erreur !) et j’ai nourri ma fille au biberon. Nous étions aussi dans une époque où on javellisait! tout ! Le bébé ne devait être exposé à aucun microbe ! J’ai fais l’objet de ma première erreur gynécologique ( il y en a eu d’autres !) le toubib a oublié 3 compresses dans mon anatomie quand il a fait les points et cela a formé un énorme caillot de sang qui a heureusement été expulsé à J+3 avec des douleurs terribles et que les infirmières ont pris pour le placenta tant il était gros ! Aujourd’hui on commence à dénoncer les négligences voir les violences gynécologiques . C’est encore tabou mais il en existe tellement . Bref j’ai appris à être mère dans ce contexte .

J’aimais ma fille plus que tout , je n’ai pas eu par la suite un parcours exemplaire, mais ma fille était mon rayon de soleil. Avec le recul elle m’a donné la force d’avancer , de me lever chaque matin, . Cette enfant était incroyable , drôle , entière , intelligente , persévérante … Elle a été malade très tôt avec ses bronchiolites à répétition, avec hospitalisations, kiné respi toutes les semaines , bref pas facile . On s’est battu ensemble . J’ai eu un instinct maternel très aiguisé donc quand elle allait pas bien je le sentais avant même qu’il y ait les premiers signes . Une enfance ponctuée de défis , sociaux, médicaux , relationnels .La vie ne fait parfois pas de cadeaux ! Puis j’ai rencontré le papa de ma seconde . Pareil ,relation passionnée , mais plus longue cette fois . Cette fois nous avions décidés de faire un bébé . C’est ainsi que je suis devenue enceinte de ma seconde fille !

bébé 2 : Grossesse allongée pour causes de contractions : pas cool! diabete gestationnel : aussi ! Puis accouchement programmé 1 mois avant , Camille est née de manière express : 4 heures . Pile arrivée à l’heure du goûter ! Noémie est gaga de sa petite sœur . Je décide de l’allaiter et j’aime trop ! Encore une fois les auxiliaires de puériculture me culpabilisent  » faut attendre 4 heures entre chaque tétée  » et me disent quand je fais à la demande  » si votre fille pleure c’est de votre faute c’est vous qui la rendez malade ! » horriblement choquée par Ces propos je décide d’arrêter l’allaitement rapidement ! Normalement c’est la mère qui sait ce qui est bon pour son enfant , mais visiblement notre société ne le voit pas sous cet œil . Camille avait une toute petite bouille ,2 kg 880 à la naissance ,elle était toute mignonne . En entrant à la maison elle était donc sous biberons , mais rien n’était paisible . Je pensais que je ne savais pas faire …?? J’étais perdue . Camille pleurait jour et nuit , elle ne supportait pas la station couchée , restait dans mes bras constamment et avait de lourdes diarrhées. Elle buvait bcp plus que son âge et ne paraissait jamais rassasiée . J’ai consulté plusieurs fois et à chaque fois on me disait  » mère angoissée  » mais je voyais bien que cela n’allait pas, teint terne , traits tirés , pleurs , incapacité à dormir …. ma fille allait vraiment mal. J’étais seule face au corps médical , ils m’ont pas fait de cadeaux ! L’instinct maternel n’avait aucun poids face à leur savoirs … Puis un jour arrêt cardio respiratoires , je réanime instinctivement ma fille , le temps que les secours arrivent elle n’avait plus de signes de détresse … Cela a duré 4 jours où elle en faisait de jour de nuit jusqu’à ce qu’elle me refasse un arrêt devant un énième médecin qui enfin me prit en considération ! OUF ! Mais de courte durée après 48h d’hospitalisation. on nous mit dehors sans rien … La petite allait bien selon eux … j’ai enfin pris mon courage à deux mains et suit allée à 2h de route dans un grand CHU régional , j’ai menacé les médecins de ne pas bouger si on me la prenait pas ! Un professeur a vu ma détermination et me l’a hospitalisée ( PR Rodiere, un grand homme !) Il a su faire la distinction entre l’instinct maternel et l’angoisse de la mère . Il a tout découvert : Allergie aux 3 protéines de Lait de vache , œsophagite aiguë dû à un reflux pathologique et arrêts cardio-respiratoires dus à l’empoisonnement au lait ! Quand ils lui ont donné le traitement ma fille a dormi durant 27h d’affilée tant elle était épuisée ! Elle avait 40 jours !

Camille

L’instinct maternel ,cette capacité à ressentir les choses concernant son enfant , mais aussi à comprendre parfois ce que l’on ne voit pas , est toujours à prendre en compte , même si on se plante ! Vaut mieux se planter que de perdre un enfant . On ne l’a pas toujours , il s’affine avec le temps , on arrive à décoder les pleurs, les attitudes de bébé . Et les mamans qui ont perdu un enfant n’étaient pas dénuées d’instinct , on ne peut juste pas toujours prévoir les choses de la vie ! Il y a des tas de choses que l’on ne maîtrise pas nous même . Mais qu’on en ai ou pas , on ne naît pas mère , on le devient . Plus on travaille sa relation avec son enfant , plus on vit des choses avec , plus on s’émerveille devant l’enfant qu’il est , plus cet amour grandit . C’est pour cela qu’il faut prendre bien soin des mamans , de celles qui font un baby blues , celles qui ont des signes de dépression post-partum , c’est essentiel. Autrefois les femmes vivaient ensemble , mères , grands mères , tantes , elles se transmettaient le rôle de mères en filles. En Afrique une mère n’est jamais seule après son accouchement , pendant des semaines elle allaite et se repose pendant que les autres femmes gèrent maison et enfants. EN Inde aussi . En France combien de mamans rentrent de la maternité et sont seules au bout de quelques jours ? Moins maintenant que le congé paternel existe mais 15 jours ce n’est pas encore suffisant pour se remettre d’un accouchement .

la relation maman bébé

Changement de vie et bébé 3 : malheureusement quelques années plus tard le papa de ma seconde fille décéda . Je me retrouvais donc seule , et je choisis de me réfugier chez des gens accueillants des personnes en difficulté . La ferme Claris à Lezan dans le Gard . Dans cet endroit j’ai d’abord fait la rencontre de ma vie ( voir post sur ma foi ) et ensuite j’ai pu m’occuper de mes deux filles et régler ma situation comme dans une famille . Mes filles étaient exemplaires de persévérance , j’étais très proche d’elles , elles m’émerveillaient de jour en jour .Puis je suis sortie de là et 2 années après je rencontrais mon mari. Ensemble nous avons mis en route un 3e bébé pour moi en 2003. Après qu’il adopte officiellement mes filles . Lui même avait déjà 2 filles . A deux nous formions une grosse tribu recomposée ! Jérémie est arrivé dans ce contexte , j’avais 30 ans , âge de la maturité . Une grossesse toujours difficile ( je n’ai jamais réussi à faire simple !) diabète gestationnel , alitée durant 3 mois . faut dire que ce petit père était bien gros !

https://www.lagerbe-lezan.org/hebergement-d-urgence

Accouchement bébé 3 : Je ne veux pas plomber l’ambiance mais j’ai encore été victime d’un professionnel irrespectueux de la femme… provocation de l’accouchement et non joignable quand cela tourne mal… perte du dossier médical … conséquences indélébiles pour ma sante …. Je rends grâce que ma joie d’être mère prend le dessus à chaque fois .Nous avons cette faculté à subir parfois le pire et d’oublier au profit de cet amour filial et viscéral ! C’est beau ! Donc bébé 3 ( Jérémie ) est là, du haut de ses 53 cm et 4kg 330 ! Un beau bébé . Allaité celui ci et on ne m’y prendra plus , ce sera à la demande ! Les crevasses ont eu raison de moi , au bout de 15 jours …

Encore un défi : mes allaitements ont été bien éclectiques aussi et ne se ressemblaient pas ! Je serais un bon spécimen pour la lèche league . Je vous partagerais ça dans un prochain post . Jérémie au final a bénéficié d’un allaitement mixte jusqu’à ses 10 mois, que du bonheur . De lui même il s’est sevré quand il a été plus intéressé par ce qui se passe autour de lui que de se mettre à mon sein .Un bébé bonheur cet enfant . Hyper calme , aimant les livres et les histoires ( dès 6 mois il tournait les pages des livres cartonnés sans relâche ) jamais en pleurs , un bébé sourire , bon pepere qui prend son temps en toutes choses . Quel paix. C’est quand il eût 9 mois que j’appris que bébé 4 etait en route sans avoir crié gare …

bébé 4 : On peut dire que notre Eliott fût le résultat d’un préservatif troué ( si j’en parle c’est pour mettre en garde , ce n’est jamais sûr à 100% !) Toujours grossesse allongée dès le 6e mois et diabete gestationnel et sur celle ci j’ai eu une césarienne d’office car les conséquences de mon accouchement précédant ne pouvaient pas me permettre d’accoucher par Voie Basse . 4kg 060 celui ci ! Un beau petit blond comme son frère , j’étais comblée ! Allaitement jusqu’à 12 mois avec allergie aux PLV ( lui aussi ) et nombreux problèmes de santé ( sphère ORL purulente durant plusieurs mois et apnées centrales du nourrisson durant 3 ans ) . Avec Eliott nous n’avons pas fait une nuit complète durant 3 années et ce fût les plus longues de notre vie . Nous étions une grande famille recomposée ou l’aînée avait 12 ans et 6 autres enfants derrière dont 2 enfants lourdement malades . J’avoue que cela a été la période la plus dure de ma vie de mère . La culpabilité de ne pas y arriver était permanente . Je pense que j’aurais pu vriller , comme faire une dépression post partum ou même secouer mon bébé ( parlons en !) J’ai été gardée de ne pas flancher , mais je sais que tant de parents vivent la même chose et sont désespérés. J’avoue que le fait de déménager de région a été un électrochoc qui m’a permis de tenir bon. Il fallait changer d’air , se recentrer sur l’ensemble de la famille . S’occuper de chacun et non pas rester focalisé sur le petit dernier, malade. Sortir de la sphère relationnelle qui ne comprenait pas notre vécu , e fermer aux jugements permanents reçus chaque jour qui t’enfoncent toujours un peu plus de cette culpabilité. Je veux dire aux parents qui vivent des choses similaires , croyez en votre capacité à aimer vos enfants et rejetez tout esprit de jugement , de culpabilité. Vous seuls êtes habilités à être les parents de votre enfant , vous avez été choisis pour vous en occuper , j’en suis convaincue . Ne baissez pas les bras , aimez vous , aimez le ou la , et écoutez votre cœur .

titot et sa maman

Le Syndrome du bébé secoué : Je tiens à en parler dans ce post , parce qu on devient pas une mère parfaite , elle n’existe pas et que parce que la société attend de nous d’être les mères de cette images idyllique , bon nombre de mères ou de pères craquent et en viennent à bout par secouer leur bébé . J’avoue que j’ai voulu le faire plusieurs fois , face à ses pleurs incessants , ses contorsions dans mes bras ou pire à mon sein, le manque cruel de sommeil et les jugements des autres . Parents , si vous êtes dans ce cas , à bout , si pour vous la vie est devenue un enfer face aux pleurs , aux incompréhensions de ce qu’à votre bébé , aux râleries de votre voisin qui veut dormir, aux jugements des copines ou de la famille qui vous dit que  » normalement cela ne devrait pas être ainsi ! » . PARLEZ EN ! Ne restez pas dans le silence . Appelez une personne de confiance pour faire garder votre bébé une nuit . Parlez en à votre médecin , votre bébé a peut être mal . Ne restez pas seul (s) ! Secouer un bébé n’est pas sans danger . C’est dangereux , il peut rester définitivement handicapé , voir mourir . Ne prenez pas cela à la légère . Beaucoup de parents sont à bout de force et vivent la même chose que vous . pas seuls ! https://dailygeekshow.com/video-syndrome-bebe-secoue/

Voilà je vous ai dévoilé mon parcours de maman, chacune a le sien . Il est jonché de défis , d’embûches , d’imprévus mais si c’était à refaire , sans hésiter je le referais .J’aime être mère .C’est tellement fort . Aujourdhui mes enfants sont grands et ados. Ma fille ainée est mariée , quel bonheur aussi . Je profite de chaque instant que la vie me donne avec mes enfants. Bien entendu j’ai une affection particulière pour les mamans qui n’ont pas pu enfanter , mais j’en ai vu qui ont élevé des enfants adoptés et qui sont magnifiques et exemplaires . On ne devient pas mère qu’en enfantant, on le devient par amour , en ouvrant son cœur , en transmettant ses valeurs et en partageant sans cesse . Merci de m’avoir lue , n’hésitez pas laisser un petit commentaire . Amitiés

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s